Parc national de la Pointe Taillon et La Baie des Ha! Ha!

pointe-baie

LE PARC DE LA POINTE TAILLON

Le 1 octobre nous avons débarqué a Alma, une des villes qui bordent le lac saint Jean. En arrivant, on apprend que les camping sont fermés et que les motels et hôtels ouvert sont tous trop cher pour nous. La décision a été de dormir en camping sauvage quelque part dans les environs. Ce soir là on a marché presque 2h en tournant en rond et on a finalement posé notre tente dans un petit parc public de la ville. Avec la fatigue et une température qui frisait les 8°C, la bonne humeur n’était plus trop de la partie.

brossage de dents

Le lendemain, on s’est refait une santé en prenant un big petit déj’ chez Resto Roberto avant de prendre un taxi pour nous rendre au Parc de la Pointe Taillon. A l’accueil on a loué des vélos pour la durée de notre séjour avec une jolie remorque que jean a tiré. Nous étions les seuls campeurs du parc où aucune voiture ne pouvait circuler et où le seul point d’eau potable était à 2km de notre campement. Autant dire très rustique! Mais nous, ça nous convenait biensure et on avait seulement à faire quelques mètres pour être sur la plage au bord du lac saint Jean, un paysage de rêve.

charette

Ni une ni deux, on a commencé l’exploration du parc où la faune sauvage grouillait. Pour se mettre en jambes, 42km en vélo! On a suivi les sentiers qui traversaient la forêt et en rentrant le soir nous avons rencontré quelques résidents du parc, les castors. A la tombée de la nuit, ils se mettent au travail pour consolider leurs abris et faire leurs provisions pour hiberner l’hiver. C’est un drôle de spectacle lorsqu’ils se mettent au boulot. Le soir venu, jean a allumé un bon feu qui nous a bien réchauffé vu l’air très frais.

coucher du soleil sur le lac saint Jean

Au réveil, pour continuer sur notre lancée, ce n’est pas 40 mais plus de 50km qu’on a pédalé pour faire le tour en entier du Parc. Le soleil nous a accompagné toute la journée et on a bien rigolé à déambuler seuls dans le parc entre chansons et cascades à vélo... même pas de chute au compteur! Sur le chemin nous étions aux aguets car le parc abrite des orignaux (animaux de la même famille des caribous). On avait peu de chance de les voir en plein jour car ils se déplacent à l’aube près du lac. Donc le lendemain, on s’est levé de bonne heure et de bonne humeur (6h) pour aller à la cabane d’observation (15km de notre campement). Et c’est sur la route qu’on a eu la bonne surprise d’en croiser. A 10m devant nous, deux orignaux se sont arrêtés sur le chemin. On a croisé leurs regard 5 secondes (pas le temps de prendre de photos) et ils ont pris la fuite dans le bois. Un moment intense et impressionnant car ces animaux sont plus haut que des chevaux et pèsent de 300 à 400kg pour les mâles. On est resté sans voix! On a quand même pu en prendre un en photo qu’on a aperçu dans le bois. On finissait notre séjour en beauté.

 

 

 

LA BAIE DES HA! HA!

On a poursuivi notre route vers le Baie des Ha! Ha! un nom donné par des explorateurs qui, prenant la baie pour une rivière, se seraient exclammés Ha! Ha! en découvrant le cul de sac. On a loger au gîte "Chez Marguerite" à 5km du centre (encore de la marche avec nos sacs à dos) où une petite mamie nous a accueillis avec toute l’hospitalité québécoise. "Je suis votre grand-mère pour votre séjour" et nous nous y sommes bien sentis. On avait un vrai lit avec un matelas et au chaud, c’était le pied surtout que ça nous a évité une nuit de gèle.

Mamie Marguerite

Sur les conseils de Marguerite, on a été se balladé au centre de plein air Bec-Scie où il y avait un canyon qui conduisait aux chutes. Cette jolie ballade nous a occupé toute la matinée et nous sommes donc allés dans le centre de la Baie pour continuer la journée. On a pas mal bougé en faisant du pouce et ça marchait plutôt bien dans ce coin. L’attraction du jour était la venue d’un bateau de 3000 passagers, un événement pour tous les habitants. On nous a même demandé à plusieurs reprises si nous faisions partis de la croisière mais on avait vraiment pas le style des BoBos Hollandais! On a poursuivis par l’ascension de la croix centenaire, une montée d’une bonne heure (sans eau oubliée au gîte) pour atteindre le sommet avec une vue magnifique sur la Baie et le Fjord du Saguenay. Après tous ces efforts, on a mangé un bon gros mcdo et on a fait un dodo bien mérité. Petit détail qui a son importance, on a passé la soirée avec une amie de longue date, la Télé qui nous a distrait avec les "Bucherons de l’extrême". Pour finir nos visites locales, on a fait le musée du Fjord qui nous a laissé sur notre fin mise à part le simulateur de tremblement de terre!

croix centenaire

La suite de notre programme nous a conduit a reprendre l’autobus pour traverser le Quebec vers notre dernière destination. Nous avons donc passé la soirée et la nuit suivante dans l’autobus en faisant des arrêts à Chicoutimi (3h), à Québec (3h) et à Rimouski pour repartir à 6 du matin vers la Gaspésie. La soirée a été marqué par la rencontre d’un gars que l’on a renommé "Speedy Gonzales". Encore un phénomène celui là, mais lui il ne tournait pas à la vitamine C... Il a craqué pour jean et lui a mème proposé du boulot dans une fête foraine à Montréal. Il nous a bien fait rire et nous a occupé la nuit qui n’a pas été très reposante.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site